OCTOBRE : MOIS DU CANCER DU SEIN

Quand je me suis fait dire par ma chirurgienne que je devais me faire ré-opérer car il y avait des cellules cancéreuses dans le contour de sécurité, elle m’a laissé le choix, mastectomie totale ou partielle. Si je choisissais la partielle, il y avait un risque d’une 3e opération. J’ai discuté avec elle des pour et des contre, pour finir par lui dire : « on y va avec la totale, on enlève toute trace de cancer et j’apprendrai à vivre avec ma décision ».

Je me souviens être sortie de l’hôpital un peu comme un zombie me demandant comment j’annoncerais la nouvelle à mes filles. Ce n’était pas de perdre un sein qui m’inquiétait le plus, c’était d’essayer d’adoucir l’annonce de la nouvelle à mon entourage.

Rendue à la maison, je suis restée assise pendant quelques heures à réfléchir. Pour finir par me demander « pourquoi un sein est si important? » ou plutôt « pour qui ?» Je crois qu’à partir de ce moment, j’avais commencé l’acceptation de mon nouveau corps. J’ai subi mon opération 3 semaines plus tard et je pense que j’avais beaucoup évolué dans mon cheminement à ce moment-là.

Mais pour évoluer, il faut nécessairement y réfléchir. Ma psychologue m’a aidé dans ce sens mais également mes amies.

Et ma chirurgienne, sans le savoir, m’a aussi beaucoup aidée. Elle est très humaine et très gentille. Elle me parlait toujours gentiment, doucement. Et je crois qu’on a besoin de douceur dans ses moments. C’est quand même éprouvant se faire dire qu’on va perdre un sein, prendre la décision de le faire enlever complètement, reconstruction ou non. Et quand on se sent entre bonnes mains, qu’on sent qu’on n’est pas juste « un autre patient », on se sent rassurée.

Aujourd’hui, 2 ans après ma 1ère opération, je m’accepte bien avec un sein en moins. Dire totalement, ça serait vous mentir, je suis quand même une femme, et un sein sera toujours un sein, mais je vais bien.

J’ai entendu, depuis 2 ans, toutes sortes de commentaires. J’aimerais en partager quelques-uns avec vous.

« Je ne pourrais pas me montrer à mon chum nue avec juste un sein »

« Ma femme fera sa radiothérapie pendant mes vacances, je pense que je vais les reporter, ça ne sera pas des vacances aller à Montréal à tous les jours »

Et voici les 2 commentaires les plus ignobles que j’ai pu entendre. Ce sont les commentaires que 2 amies se sont fait dire par leur chirurgien car elles ne voulaient pas de reconstruction:

« Ben voyons, une femme sans sein, ça ne se peut pas »

« La féminité d’une femme passe par ses seins »

Depuis 2 ans, je me questionne à savoir pourquoi les seins de la femme sont si importants. Quand on est en âge d’avoir des enfants, si on veut allaiter, les seins sont essentiels, mais après?

Pourquoi la femme est si gênée de se promener avec un sein en moins, pourquoi certaines femmes refusent les mastectomies totales au détriment de leur santé, pourquoi certaines femmes se font faire des reconstructions de peur de perdre leur chum, pourquoi certaines femmes ne s’acceptent tout simplement pas avec un ou 2 seins en moins?

Quand je me regarde dans le miroir, oui il y a la cicatrice, mais il y a MOI dans toute ma splendeur d’être humain avec mes qualités et mes défauts.

Quand j’ai dû me faire opérer pour le poumon, est-ce qu’on a pensé que je perdrais ma féminité?

Quand je regarde mon thorax, j’ai 4 cicatrices suite à des opérations. Pourquoi la cicatrice du sein me gênerait comparativement aux 3 autres? Pour le regard de qui?

Pourquoi la femme se fait faire des augmentations mammaires, des faux cils, des faux ongles, pourquoi les régimes continuels, pourquoi faire disparaître les rides, les cheveux gris? Pourquoi et pour qui? Qui décide des standards de beauté?

Quand je porte ma prothèse, est-ce que je suis moins femme? Quand je ne la porte pas, suis-je un monstre?

On est tellement plus que juste un sein.

J’ai un utérus en moins, un lobe de poumon en moins et un sein en moins, et puis après ….. je suis en vacances, assise sur le bord d’un lac à vous écrire, pourquoi serais-je malheureuse???

Lyette

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *